Le CAP Mode et Chapellerie

 

Fiche technique :

            

           LYCEE PROFESSIONNEL LES SAPINS

           Rue des Courtilles
           50207 COUTANCES CEDEX
           BP 739
           tél. : 02 33 19 15 70 / Fax : 02 33 07 88 82
           Site : www.etab.ac-caen.fr/lpsapins

 

           Durée : 1 an.

           Places : 12 personnes. 

 

Stella KLAJA– 30 ans – Auvergne

 

Je suis venue ici après un BEP couture puis un bac Pro DTMS (diplôme de technicien des métiers du spectacle)

 

J’ai intégré le CAP chapellerie dans le cadre d’une formation adulte continue.

 

J’ai vraiment eu de la chance de pouvoir intégrer le CAP de Coutances. Tout est bien ici : le cadre de vie, le lycée, beaux moyens, salle super équipée. Et en plus, je n’ai pas de regret sur la spécialité que j’ai choisie !

 

Ce que j’aime dans ce métier, ce sont les détails alors que dans la vie je ne suis pas minutieuse. Quand je fais un chapeau, je suis concentrée, totalement dans mon monde.

 

Je fais mon stage chez «  les chapeaux de Valérie » à Villedieu- les - Poêles.

 

 

NOEL Floriane – 19 ans – Sainte Honorine du Flay - 14

 

L’année dernière, j’ai fais un bac Pro à Caen au Lycée Victor Lépine. Je n’étais pas prête à me lancer dans la vie active. Je trouvais qu’il manquait une corde à mon arc. Le CPE de mon lycée m’a fait connaître la formation.

 

La formation m’a tout de suite plu. Ici j’aime vraiment tout : les matières, le sisal, le feutre, les techniques … tout m’intéresse. Cela change complètement du vêtement. Mon BEP était plus industriel. Ici, on fait beaucoup appel à notre créativité.

 

Je vais faire mon stage à Paris dans la maison Michel qui crée les chapeaux pour CHANEL.

 

Après le CAP, soit je chercherai du travail soit je ferai une formation en corsetterie.

 

 

Marion MARAQUIN – 20 ans –Sarthe 72

 

Durant ma seconde générale option art plastique, j’ai commencé à chercher une formation plus manuelle. J’ai fait alors un BEP « métier de la mode » en 1 an, puis un Bac Pro « métier de la mode ».

 

J’ai voulu intégrer un DMA costumier réalisateur à Cannes mais je n’ai pas réussi. Très déçue, je me suis donc orientée vers ce CAP et cela me plaît vraiment. Le métier de chapelier nécessite de la créativité, de la recherche et de la technique. Les étapes de dessin et de réflexion préalables à la création du chapeau restent mes moments favoris.

 

Je fais mon stage chez Artnuptia près de Rouen et le travail de la garniture du chapeau en est l’objectif.

 

Pour faire une bonne chapelière il faut être rigoureuse, habile de ses mains et avoir une bonne condition physique. C’est un métier très dur. Quand il faut étirer les matières sur le bois, cela est même épuisant.

 

Je voudrais poursuivre ensuite vers un BTS dans la lingerie ou la corsetterie.

 

 

Cliquer sur l'icône pour un retour
      aux Formations.